Dernières heures pour gâter Maman ! Découvrez notre sélection de dernière minute juste ICI!

Nos actions en 5 minutes

Comment rester muet et inactif face à l’urgence climatique ? L’été 2021 a été marqué par une succession de catastrophes naturelles : pluies diluviennes en Allemagne, en Belgique, feux de forêts boréales en Sibérie, chaleurs extrêmes au Canada…. Aucun continent n’a été épargné. Et parce qu'il n’existe aucun plan B, nous devons impérativement poursuivre nos efforts, pour les ancrer dans une démarche encore plus ambitieuse, direction les prochaines années. Chez Bergamotte, nos mots s’accompagnent toujours d’engagements. Notre objectif ? Travailler d’arrache-pied, pour mettre en place des actions concrètes, innovantes et rapides, destinées à réduire notre empreinte carbone. De beaux projets durables et décisifs, que nous sommes heureux de partager avec vous, afin de sensibiliser le plus grand nombre.

Nos Constats 

Notre état des lieux…

Le 9 août 2021, le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) publie son 6e rapport d’évaluation, un rapport alarmant sur les dégâts causés par le changement climatique.

Malgré tout, les réglementations liées aux enjeux climatiques restent peu contraignantes et les entreprises peuvent alors continuer d’ignorer l’impact de leur empreinte carbone.

“Neutralité carbone”, “net zéro”... Ces termes vous disent quelque chose ? Le GIEC le définit comme un état permettant un équilibre, entre les émissions et les absorptions de CO2 à l’échelle du globe. L’objectif ? Espérer pouvoir limiter l’augmentation du réchauffement climatique à une température en dessous des 1.5°C d’ici 2050. Les entreprises sont des actrices impactant fortement l’environnement et pouvant permettre au plus grand nombre de se mobiliser, elles ont donc le devoir de contribuer à cette neutralité collective. Comment peuvent-elles y parvenir ? Les experts leur proposent de mettre en œuvre des actions ambitieuses, transformatives, sur le long terme, pour réduire durablement les émissions de leur propre chaîne de valeur. Leurs solution ? Pousser d'une part les entreprise à adopter la compensation carbone ou plus justement contribution carbone, qui consiste à financer des projets de réduction ou de séquestration de CO2 (contribuer à planter des arbres par exemple). Et d'autre part, les inviter à appliquer l'insetting, un procédé auquel nous attachons de l'importance depuis nos débuts. Travailler le cœur même de notre propre chaîne de valeur, était la première action que nous avons pu mettre en place pour protéger l'environnement et plus encore. Le carbone insetting se retrouve d'ailleurs dans le Scope 3 (périmètre d'étude du protocole sur les GES), raison pour laquelle on ne pouvait passer à côté de son étude, malgré son statut hors cadre réglementaire. 

Les conséquences du changement climatique sont déjà visibles sur notre filière horticole. Rien qu’en 2021, nous avons assisté à des inondations terribles dans le Var, qui ont impacté toutes les cultures locales. Le froid a pris de court les producteurs de pivoine et réduit la production de moitié, quant aux champs de lavande, ils sont tout aussi menacés. C'est un fait, les aléas du climat impactent fortement le secteur, et ne sont plus à démontrer dans notre profession. 

Qu’avons-nous fait en 2021 ? 

Action n°1 : Favoriser les approvisionnements locaux

Début 2020, nous avons continué de dire non aux plantes et aux fleurs qui font le tour du monde. Une décision qui nous a permis de dire oui, à bien plus de producteurs Européens. Un levier efficace pour commencer à réduire nos émissions de gaz à effet de serre liées aux transports. Aujourd’hui, nous persévérons et nous continuons de travailler avec des producteurs locaux, tant que cela reste possible. Restez avec nous, on vous emmène faire un petit point sur l’origine de nos fleurs et petits compagnons green : 


Fleurs coupées :

Plantes d'intérieur :

La crise sanitaire de 2020, nous a rechallengés à tous les niveaux. Cet événement a en effet demandé à toute l’équipe de se retrousser davantage les manches, dans le but de renforcer nos convictions vis-à-vis de l’approvisionnement local malgré ses limites (production très restreinte), et continuer par la même occasion, d’élargir notre panel de fournisseurs français capables de répondre à une demande plus accrue, jour après jour.

Depuis, nous avons intégralement revu notre stratégie d'approvisionnement. En favorisant le sourcing national, nous essayons, autant que nous le pouvons, de contribuer à la préservation du secteur horticole de notre pays. Par conséquent, lorsque la production française ne suffit plus, nous nous tournons vers l'Italie et l'Espagne, où le climat plus favorable permet la culture de nombreuses fleurs sans chauffage. Si la production n'est pas possible dans ces pays, quelles options s'offrent à nous ? Nous diriger vers nos voisins hollandais, belges ou allemands par exemple.

Bien évidemment, notre choix d'approvisionnement n'est pas uniquement lié aux pays, il prend aussi en compte les pratiques culturales de nos partenaires. Ainsi, et pour participer à l'effort commun, nous favorisons toujours les producteurs ouverts à la culture sous serres non chauffées.

Alors oui, nous fournir en Europe demande des capacités logistiques conséquentes, mais dans pratiquement tous les cas, nous parvenons à relever le challenge. C'est ainsi qu'aujourd'hui 100 % de nos plantes et 99 % de nos fleurs sont cultivées en Europe, toute l’année.
À noter : certaines de nos plantes peuvent avoir commencé leur cycle de croissance hors Europe, avant de le poursuivre chez nos producteurs.

En 2021, nous avons travaillé sur nos outils de traçabilité et pouvons désormais communiquer en toute transparence sur l’origine des plantes, en plus de celle des fleurs. 

ACTION N°2 : RÉALISER NOTRE BILAN CARBONE

Agir ensemble ! Nous avons rejoint  le ClimateACT en septembre 2021, une initiative volontaire et collective unissant 300 startups françaises, désirant agir face à l’urgence climatique. 

En réalisant volontairement (hors cadre réglementaire) notre bilan carbone sur les scopes* 1, 2 et 3 comme les autres marques du groupe Bloom & Wild auquel nous appartenons, nous faisons un état des lieux général pour identifier rapidement et efficacement nos leviers d’amélioration.


BILAN GES RÉGLEMENTAIRE

SCOPE 1 Les émissions directes de GES des activités de Bergamotte qui peuvent notamment être liées à l’utilisation de chambres froides dans nos ateliers.

SCOPE 2 Les émissions indirectes liées à la consommation d’énergie pour nos bureaux et ateliers.

HORS CADRE RÉGLEMENTAIRE

SCOPE 3 Toutes les autres sources d’émissions, principalement celles liées aux activités de nos partenaires, depuis les champs de fleurs jusque chez vous. La mesure de ces données n’est pas concernée par la réglementation et dépend donc de la volonté de l’entreprise de les analyser. 


Pour vous aider à y voir plus clair, voici un graphique des résultats de notre Bilan Carbone : 

Ce que veulent dire ces résultats ? 


Nous avons pu mesurer l’impact de la fabrication de nos matières premières principales (fleurs, plantes, accessoires et emballages), et conclure qu’il s’agit de la moitié, des émissions totales de GES (Gaz à Effet de Serre) de Bergamotte. 

Savez-vous quel est le facteur générant le plus d’émissions de CO2 ?

Sans grande surprise, il s’agit de l’énergie. Alors pour en savoir plus sur l’utilisation que nous en faisons, nous avons posé des questions essentielles à nos producteurs ! Découvrez-les sans attendre dans notre article ici. 


ACTION °3 : MESURER ET RÉDUIRE L’IMPACT CARBONE DE NOS PRODUITS 

Tout est question de méthodologie, et pour mesurer et réduire l’impact carbone de nos produits, nous avons défini  la nôtre. Découvrez l’empreinte carbone moyenne d’un bouquet en graphique.

Comme vous pouvez le voir, l’impact de la production agricole des fleurs représente 72 % de l’empreinte totale d’un bouquet (moyenne de 26 tiges) un score qui s’élève à 6.58 kgCO2e.  Quelle est la principale source d’émission ? L’énergie nécessaire au chauffage des serres hollandaises sur une partie de l’année. 

Comment obtient-on ces résultats ?


Dans notre secteur, obtenir l’empreinte carbone la plus juste et précise possible, est une véritable Quête du Graal. Références fiables, données précises, études historiques, vision unanime de la communauté scientifique… Tous ces éléments clés nous manquent cruellement, et leur absence nous pousse à devoir redoubler d’efforts pour relever ce challenge, tout en prenant en compte la quasi-exhaustivité de nos activités. Entre pragmatisme et bon sens, nous n’avons pas choisi, pour alimenter notre quête, il nous fallait les deux ! Sommes-nous logiques ? Cohérents ? La méthodologie peut-elle être améliorée ? Oui bien entendu, mais comment ? Nous avons tâtonné, hésité, fait 10 pas en avant, puis 5 pas en arrière, avant d’arriver à ce résultat final, celui que l’on peut aujourd’hui vous montrer, parce qu’il nous semble le plus pertinent. Ici, la perfection est une utopie, un fantasme nous l’avons bien compris, mais le résultat qui découle de notre approche même s’il est imparfait, est loin d’être inutile. Et c’est l’essentiel, un résultat qui nous permet d’avancer, de devenir meilleurs et d’agir. 

Suivez-nous, on vous emmène faire le tour en détail, de notre méthodologie de calcul de l’empreinte carbone.

Action n°4 : Travailler auprès de partenaires engagés pour le climat 

Lutter seuls c’est déjà un bon début, mais à plusieurs, c’est encore mieux ! C’est pourquoi nous sommes très minutieux dans le choix de nos partenaires. Pour assurer la livraison de nos fleurs et nos plantes par exemple, nous essayons de travailler avec des transporteurs engagés en faveur du climat. À titre d'exemple, notre partenaire Chronopost réalise 100 % de ses courses parisiennes en véhicules propres, et concernant Coursier.fr, ce taux s'élève à 70 % !  

Si vous passez par notre atelier, vous pourrez y voir toute l’équipe et... deux bornes électriques. Elles permettent de recharger les véhicules verts qui assurent 50 % des livraisons dans Paris et sa petite couronne.

Répartition géographique de nos livraisons :

Direction 2022 

 Grâce aux résultats de notre Bilan Carbone et à nos mesures d’impact, nous pouvons élaborer et appliquer un plan d’action destiné à réduire nos émissions de GES. 

Nos résultats ont indiqué que la production agricole de nos fleurs et de nos plantes, représente 43 % de notre empreinte carbone totale. Nous devons donc continuer nos efforts pour réduire ces émissions en travaillant main dans la main avec nos producteurs.

En 2022, pour accompagner notre démarche, nous mettrons en place un cahier des charges spécifique, qui définira nos exigences et favorisera les bonnes pratiques agricoles comme : réduire notre utilisation de fleurs produites en serres chauffées, diversifier avec nos producteurs leurs sources d’énergie, renforcer notre engagement  auprès des producteurs locaux.

Même si nous travaillons déjà avec des transporteurs engagés, nous avons l’envie et le devoir d’augmenter la part de nos livraisons en transports plus verts de 25 %  à Paris et sa banlieue proche, d’ici 2022.  

Développer de nouvelles solutions d'upcycling, favoriser le sourcing d’accessoires et d’emballages intégrant des matières recyclées, atteindre le 0 plastique pour nos emballages…

Autant d’actions qui vont nécessiter de redoubler de créativité, en faveur de l'écoconception de nos produits. 

Nos habitudes de vie au travail font aussi partie des actions à mettre en place pour réduire notre impact.

Et le changement commence par la mobilisation de chacun : éteindre les lumières, réduire la quantité de mails envoyés, nettoyer sa boîte mail, utiliser des moyens de transports écologiques, préparer son déjeuner chez soi pour réduire les déchets aux bureaux…

Ce sont autant de solutions qui doivent devenir des habitudes quotidiennes. 

Abonnez-vous à notre newsletter et obtenez 10€ sur votre première commande !

J'accepte de recevoir la newsletter Bergamotte. Nous nous engageons à ne jamais communiquer votre email à des tiers.