Tout sur... les variétés

Palmier Chamaerops : nos conseils d’entretien

Originaire du pourtour méditerrannéen, ce palmier nain déploie de larges et élégantes feuilles palmées en éventail qui apportent instantanément une touche exotique, comme un appel aux vacances. Résistant à la sécheresse et aux embruns, il s’avère également relativement rustique, ce qui en fait une plante facile à cultiver en toute région. Son envergure limitée en fait un sujet idéal pour orner les petits espaces tels que les balcons ou les terrasses, ainsi que les vérandas ou les jardins d'hiver.
palmier-chamaerops-entretien

Une exposition ensoleillée

Réservez un emplacement très ensoleillé et abrité des grands vents à votre Palmier Chamaerops. Soyez tout de même rassuré de savoir qu'il saura s'accommoder des basses températures et des légers courants d’air.

Plantation du palmier Chamaerops

Pour un Palmier Chamaerops en pot, choisissez un contenant percé. Ajoutez éventuellement dans le fond un lit de graviers ou de billes d’argiles afin d’assurer un bon drainage et d’empêcher l’eau de stagner. Puis remplissez le pot avec du terreau. En prévision de la période de froid hivernal, réalisez un paillis au pied de votre plante afin qu’elle puisse maintenir ses racines abritées du gel. 

Pour une culture en pleine terre, privilégiez un sol sablonneux, qui soit léger et drainant, le Palmier Chamaerops étant résistant à la sécheresse mais redoutant les excès d’humidité. Vous pourrez réaliser un mélange de terre de jardin, de terreau et ajouter éventuellement du sable.

Un arrosage occasionnel

Très résistant à la sécheresse, les précipitations s’avèrent généralement suffisantes à contenter les besoins du Palmier Chamaerops. Cependant, en cas de fortes chaleurs, arrosez régulièrement, surtout s’il est cultivé en pot, tout en évitant les excès d’eau. Veillez à ce que la terre ait bien séché entre chaque arrosage avant de réitérer l’opération. Privilégiez l’utilisation d’une eau non calcaire, comme l’eau de pluie. 

Pour une culture en pleine terre, limitez la fréquence d’arrosage aux seules périodes de sécheresse prolongées et prenez garde aux excès d’humidité.

Une protection en hiver

Assez rustique, il résiste au froid en supportant des températures allant jusqu’à -10°C sur une courte durée. En cas de conditions hivernales rigoureuses, notamment dans les régions les plus froides, rentrez votre plante si vous le pouvez dans une pièce lumineuse et maintenue hors gel mais non chauffée. En extérieur, préférez un emplacement exposé au sud et à l’abri du vent, par exemple protégé par un mur. Couvrez la plante d'extérieur d'un voile d'hivernage, sur plusieurs épaisseurs si nécessaire, et protégez son pot d'un matériau isolant, type papier journal, papier bulle ou polystyrène, afin que les racines ne gèlent pas.

Entretien du palmier Chamaerops

Vous pourrez réaliser des apports d’engrais ou ajouter du compost au printemps, notamment en cas de jaunissement des feuilles, afin d’enrichir le terreau et de combler les éventuelles carences de votre Palmier.  

Vous pourrez rempoter votre Palmier tous les 2 à 3 ans au printemps, dans un contenant de diamètre légèrement supérieur, et en optant pour un terreau spécifique qui soit bien drainant. Les années où il n’est pas rempoté, procédez au surfaçage, en renouvelant le terreau en surface.

palmier-photo
palmier-nain-photo

Quand et comment tailler un PALMIER CHAMAEROPS ?

De croissance lente, la taille du palmier Chamaerops n’est pas nécessaire. Procédez éventuellement à la suppression des palmes sèches ou jaunies si nécessaire, que vous pourrez réaliser au printemps et en été.

Lorsque vous manipulez la plante, prenez garde aux épines acérées.

Maladies du palmier Chamaerops, parasites et autres problèmes

  • Si les feuilles présentent des taches noires : Il s’agit probablement d’un environnement trop humide au niveau des racines. Réduisez la fréquence d’arrosage et placez votre palmier à l’abri des précipitations si nécessaire. Assurez à votre plante un drainage suffisant afin d’éviter la pourriture des racines en veillant à éviter la présence d’eau stagnante en vidant la soucoupe.


  • Si les feuilles et jeunes tiges présentent de petites coques foncées : Il s’agit sans doute d’une attaque de cochenilles, qui affaiblissent les feuilles et les jeunes tiges en se nourrissant de leur sève. Retirez-les manuellement et limitez l’arrosage ainsi que l’utilisation d’engrais azoté pour prévenir leur apparition. Si l’attaque est généralisée, pulvérisez une solution à base d’eau, de savon noir et d’alcool à 90°.


  • Si les jeunes pousses présentent des pucerons : Il s’agit de petits insectes généralement verts, voire noirs ou rouges qui se reproduisent rapidement. Si l’attaque est limitée, retirez-le manuellement. Si l’attaque est généralisée, faites tremper une touffe de tabac dans l’eau pendant une nuit, puis versez la solution sur le terreau de votre plante.

Le palmier Chamaerops dans votre décor

Afin de créer un véritable jardin de style méditerranéen, vous pouvez associer votre Palmier Chamaerops avec ses congénères d’origine méditerranéenne. En effet, il s’accorde à merveille avec l’olivier, le laurier rose, l’arbousier ou encore le laurier sauce. Les plantes succulentes arbustives, comme le Yucca gloriosa seront également du plus bel effet à ses côtés.

17 mars 2021
Auteur : Bergamotte
Heart envelope icon

Abonnez-vous à notre newsletter et obtenez 10€ sur votre première commande !

J'accepte de recevoir la newsletter Bergamotte. Nous nous engageons à ne jamais communiquer votre email à des tiers.